• Lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme

    L’augmentation considérable des ressources allouées à la santé ces dix dernières années au travers de l’aide au développement et d’autres sources est en train de modifier la façon dont le sida, la tuberculose, le paludisme, ainsi que d’autres problèmes de santé, évoluent dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

    Il reste, certes, encore beaucoup à faire, mais on peut observer des signes d’amélioration spectaculaire en matière de lutte contre ces maladies dévastatrices. Le nombre de nouvelles infections à VIH diminue dans de nombreux pays les plus touchés par cette épidémie. De plus en plus de pays se sont fixé pour objectif l’élimination du paludisme de leur territoire. Le monde est en bonne voie de parvenir, d’ici 2015, à réduire de moitié la mortalité liée à la tuberculose par rapport aux chiffres de 1990.

    Depuis sa création en 2002, Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme est le principal moteur des remarquables progrès qui ont été enregistrés.

    Peu de temps après son lancement, le Fonds mondial est devenu le principal organisme multilatéral de collecte de fonds pour la santé dans le monde. Il fournit 82 pour cent du financement international pour la lutte contre la tuberculose, 50 pour cent de celui consacré à la lutte contre le paludisme et 21 pour cent de celui consacré à la lutte contre le sida. Il soutient aussi le renforcement des systèmes de santé, dans la mesure où leurs insuffisances constituent l’un des principaux obstacles à l’intensification des interventions destinées à améliorer la situation sanitaire des populations touchées par le VIH, la tuberculose et le paludisme.

    Les programmes soutenus par le Fonds mondial représentent une contribution de plus en plus importante à la réalisation des objectifs internationaux portant sur les services essentiels, tels que la fourniture d’un traitement antirétroviral à même de sauver la vie des personnes vivant avec le VIH, la fourniture d’un traitement de brève durée sous surveillance directe (DOTS) pour lutter contre la tuberculose et la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide afin d’empêcher la transmission du paludisme.

    Le Fonds mondial surveille étroitement les résultats de ses investissements directs dans plus de 140 pays. Ces investissements sont détaillés par maladie, par pays et par région dans « portefeuille de subventions », et sont récapitulés dans le rapport annuel sur les résultats. Celui-ci résume également les résultats et les signes d’impact des programmes nationaux soutenus par le Fonds mondial.