Les systèmes et réponses communautaires

Partager cette page

Twitter Facebook
  • Le Fonds mondial soutient depuis longtemps les ripostes communautaires aux trois maladies. Si, compte tenu de leur nature, le secteur formel est le mieux à même de mettre en œuvre certains éléments de la riposte au VIH et au sida, à la tuberculose et au paludisme, nous encourageons les pays à également chercher à résoudre les problèmes en partant de la base, à savoir en collaborant avec les communautés, par leur intermédiaire et en leur sein.

    Nous incitons et aidons ces dernières à contribuer :
    - aux efforts de sensibilisation ;
    - au contrôle de l’efficacité des programmes, en demandant des comptes aux responsables ;
    - à l’élaboration de programmes ;
    - à la prestation de services ;
    - à la gouvernance des subventions au niveau des pays ;
    - à la gouvernance du Fonds mondial

  • Le rôle des systèmes communautaires

    Les communautés ne sont pas seulement des bénéficiaires de services. Elles sont également des acteurs dont la contribution à l’amélioration de la santé publique est vitale. Elles élargissent la portée des services, fait participer les individus aux soins de santé, et permettent de vaincre le rejet social et la discrimination.

    Les organisations et les réseaux communautaires sont essentiels pour aider les pays à dispenser des services de soins de santé complets. Elles

    • ont une capacité unique à établir des relations avec les communautés concernées ;
    • peuvent réagir rapidement aux besoins et aux problèmes des communautés ;
    • s’avèrent très efficaces pour la prestation de services.

    Les données attestent que la participation des communautés améliore l’impact des programmes. À travers la prestation de tels services, les systèmes communautaires permettent d’atteindre ceux qui sont le plus dans le besoin. De plus, à travers les efforts de sensibilisation menés par leur intermédiaire, ils permettent de s’attaquer aux questions plus larges et aux obstacles empêchant l’accès aux services.

  • Sensibiliser la communauté à la tuberculose

    Lach Sam, une bénévole dans le domaine de la santé, prend part à un cours de remise à niveau sur la tuberculose dans un centre de santé local à Samrong, au Cambodge. Le fait d’être elle-même atteinte de la tuberculose ne l’a pas empêchée de continuer à traiter les autres membres de sa communauté. Elle s’efforce également d’identifier de nouveaux cas suspects et organise des réunions afin de sensibiliser les villageois à la maladie et à la manière de la prévenir. Les volontaires de chaque village aident non seulement à améliorer l’accès aux services de santé liés à la tuberculose, mais contribuent également à la sensibilisation et à la lutte contre le rejet social, ce qui procure d’excellents résultats en termes de traitement. Le programme de formation des volontaires est soutenu par le Fonds mondial et ses partenaires.

  • Investir dans les systèmes communautaires

    Ceux qui sollicitent l’aide du Fonds mondial sont invités à préciser de quelle manière les communautés, dont les organisations communautaires, participeront aux programmes, une participation qui doit porter à la fois sur la prestation de services et le suivi de la qualité et de l’exécution des services offerts.

    Les candidats doivent également soumettre une évaluation des forces et faiblesses de leurs systèmes communautaires, en plus d’ajouter des mesures visant à pallier ces dernières.

    Par ailleurs, il leur est loisible d’allouer des financements entre autres à des initiatives telles que :

    • un contrôle indépendant et communautaire des services ;
    • le plaidoyer ;
    • la coordination communautaire ;
    • le renforcement de l’organisation communautaire.

    Toutes ces initiatives sont particulièrement importantes pour améliorer des programmes qui desservent des populations-clés, vulnérables et exclues. En offrant aux populations-clés des occasions de participer aux activités de suivi et de plaidoyer, les membres de ces populations seront en mesure de faire part de leurs besoins, ce qui garantira la bonne conception et la mise en œuvre efficace des services et activités.

    “La lutte contre des maladies comme le VIH ne passe pas par la mise en œuvre d’une approche biomédicale mais consiste à veiller à une participation significative des communautés. Ce sont des personnes qu’elle vise à aider.”
    Carolyn Gomes, représentants des groupes vulnérables de la Coalition des communautés vulnérables des Caraïbes.
  • Le théâtre : un puissant outil de prévention du VIH

    Vanessa (à gauche) et Alex, deux acteurs, jouent dans une pièce racontant l’histoire d’une jeune fille qui voit un ami proche mourir à cause du VIH. Chez les populations garifuna qui vivent au Honduras, des pièces de ce genre constituent un moyen populaire et efficace de véhiculer les messages sur des sujets sensibles comme le VIH et, souvent, elles débouchent sur des discussions animées. « Le public est très ouvert », indique Vanessa. « Je sens vraiment un changement chez les jeunes ». Le Fonds mondial soutient l’organisation de ces événements, la distribution de préservatifs, ainsi que la formation qui permet aux acteurs de délivrer un message de prévention du VIH de la manière la plus efficace qui soit.

  • Soutien aux actions menées par les communautés

    Nous aidons les systèmes communautaires car nous considérons qu’ils sont cruciaux et doivent être intégrés systématiquement dans les programmes consacrés aux maladies et aux systèmes de santé. Toutefois, on n’estime pas encore qu’ils fassent partie intégrante des systèmes de santé dans de nombreux pays, et les initiatives destinées à planifier et soutenir les ripostes communautaires sont limitées.

    Dès lors, nous finançons l’initiative spéciale portant sur les questions liées aux communautés, aux droits et au genre à concurrence de 15 millions de dollars US pour la période 2014/2016. Ce financement est destiné à :

    • développer des réseaux de la société civile et d’organisations communautaires ;
    • faciliter la fourniture d’une assistance technique pour soutenir la participation de la société civile au processus d’établissement des subventions ; et
    • collaborer avec des groupes communautaires n’ayant peut-être bénéficié jusque-là que d’occasions de participation limitées.

    Depuis 2014, année de l’introduction de notre nouveau modèle de financement, cette initiative a aidé plusieurs pays à parfaire l’intégration des ripostes communautaires dans leurs ripostes.

    Le Fonds mondial prodigue des conseils supplémentaires au sujet de questions liées aux communautés, aux droits et au genre, élabore des politiques internes pour tenir compte de ces priorités et collabore avec des partenaires pour fournir des analyses et un soutien ciblés.

  • Entraide entre voisins dans la lutte contre le paludisme

    Dans le nord du Rwanda, Janvière, une agente de santé communautaire, rend visite au domicile de son voisin, M. Gashimba, afin de lui montrer comment utiliser une moustiquaire pour se protéger contre le paludisme. Janviere intervient dans le cadre d’une campagne de prévention et de traitement du paludisme mise sur pied par le gouvernement, même dans les zones rurales les plus reculées du pays. Élue par les autres habitants de son village, Janvière a suivi une formation dispensée dans le cadre d’un programme financé par le Fonds mondial. À travers des activités d’éducation à la prévention et d’autres interventions, elle s’efforce d’améliorer la santé des membres de sa communauté.