Les populations-clés

Partager cette page

Twitter Facebook
  • Les populations les plus vulnérables aux maladies sont trop souvent celles qui n’ont pas accès aux soins de santé. Le rejet social, la discrimination et la pénalisation sont autant de facteurs qui les amènent à se cacher et les tiennent à l’écart des services de santé dont elles ont besoin.

    Pour résoudre ce problème, nous devons proposer des services aux populations-clés, en plus d’investir dans des programmes qui s’attaquent aux obstacles tenant les personnes à l’écart des services. La participation des populations-clés à la conception, à la fourniture et à la surveillance de ces services de santé est la meilleure façon d’y parvenir.

  • Quelles sont les populations-clés ?

    Il s’agit de groupes qui sont davantage frappés par l’une des maladies et dont l’accès aux services est plus limité. Elles incluent également des groupes visés par des mesures pénales ou marginalisés.

    Par exemple, dans le contexte du VIH, les populations-clés comprennent :

    • les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ;
    • les transgenres ;
    • les professionnels du sexe ;
    • les consommateurs de drogues injectables ;
    • les personnes vivant avec le VIH ;

    Une définition plus complète des « populations-clés » peut être téléchargée ci-dessous.

    • Les populations-clés : une définition

    Le Fond mondial reconnaît également les populations vulnérables – celles souffrant d’une plus grande vulnérabilité dans un contexte spécifique (les adolescents/femmes et filles, les mineurs et les personnes handicapées).

    “Pour arrêter ce fléau des temps modernes, nous devons extirper la discrimination des lois, dans les faits, mais aussi dans nos cœurs. Nous devons saisir une autre occasion historique qui nous est donnée de nous améliorer en tant que personnes, mais aussi en tant que sociétés bâties sur les fondations solides d’une grande famille humaine ouverte à tous – notre famille naturelle. ”
    Mark Dybul et Michael Kirby
  • La participation des populations-clés

    Afin d’avoir un impact sur les trois maladies, il convient d’inclure les réseaux et les organisations des populations-clés, qui doivent prendre part à ce processus à chaque étape du cycle de financement, à savoir :

    • la gouvernance ;
    • la conception ;
    • la mise en œuvre ;
    • la surveillance.

    La Gouvernance: La gouvernance est le point de départ de la participation. Au niveau mondial, un siège au sein de notre Conseil d’administration représente les communautés touchées par les maladies, dont les populations-clés.

    Dans chaque pays, nous exigeons de l’instance de coordination nationale qu’elle comporte des personnes qui représentent ceux qui sont touchés par les trois maladies. Il s’agit entre autres de représentants de personnes vivant avec le VIH, de personnes touchées par la tuberculose et vivant avec le paludisme. Cette exigence vaut également pour les populations-clés dans le contexte des trois maladies (voir la définition complète proposée ci-dessous).

    “La plupart des consommateurs de drogues par injection ne vont pas dans les consultations publiques parce que tous les papiers à remplir les intimident. C’est particulièrement le cas de ceux qui sortent de prison. Ils se sentent rejetés et jugent que le personnel est arrogant et les méprise en raison de leurs tatouages et de leur consommation de drogues. ”
    Prasert Liangrak, agent de santé communautaire de la Fondation Raks Thai, Thaïlande

    La conception: La conception et l’élaboration de programmes/services doivent faire participer les représentants de populations-clés, notamment dans les contextes suivants :

    • le dialogue au niveau du pays ;
    • l’élaboration de la note conceptuelle ;
    • la procédure d’établissement de la subvention.

    Les réseaux et organisations de populations-clés ont de solides compétences lorsqu’il s’agit de connaître les besoins de leurs communautés et en particulier, de s’assurer que les services ont l’impact souhaité.

    La mise en œuvre : Les populations-clés sont souvent les mieux à même d’assurer les services qui leur sont destinés. Il peut s’agir du soutien par les pairs pour les adolescents consommateurs de drogues injectables, ou de campagnes de sensibilisation au VIH ciblant les professionnels du sexe qui sont assurées par des professionnels du sexe. Nous collaborons avec les maîtres d’œuvre des programmes afin que ces derniers soient adaptés aux besoins des diverses populations-clés.

    La surveillance : Outre la fourniture des services, ces réseaux et organisations sont également une ressource précieuse pour superviser le travail réalisé par les programmes. Ils permettent de s’assurer non seulement que la mise en œuvre des services est conforme à ce qui a été convenu mais aussi que ces derniers profitent aux bonnes personnes et qu’ils en respectent les droits.

  • Le Plan d’action en faveur des populations-clés

    Afin de garantir l’utilisation de ses ressources pour satisfaire les besoins des populations-clés, le Fonds mondial a lancé le Plan d’action en faveur des populations-clés en juillet 2014.

    Ce plan d’action s’appuie sur la « Stratégie en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre » et précise :

    • comment nous aiderons les pays à atteindre les populations-clés à travers les services ;
    • comment nous allons investir de façon plus stratégique ;
    • comment nous allons contribuer à l’optimisation de la collecte des données ;
    • comment nous allons soutenir la participation significative ;
    • comment nous allons faciliter la sensibilisation par et pour les populations-clés.

    Un guide plus exhaustif sur le Plan d’action en faveur des populations-clés peut être téléchargé ci-dessous.

    “Le Fonds mondial doit aider la société civile à nouer une relation constructive avec les gouvernements afin de modifier les systèmes en vigueur dans nos pays. En effet, bien souvent, les lois et les politiques entravent la riposte au VIH et les programmes de lutte contre cette maladie.”
    Sergey Votyagov, Eurasian Harm Reduction Network, au Forum de partenariat 2015 du Fonds mondial
  • Soutenir la sensibilisation des communautés

    Le réseau des personnes vivant avec le VIH dans la région Asie-Pacifique (APN+) a reçu une subvention de 2,8 millions de dollars US en 2011 pour financer un programme destiné à améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH en Asie et dans le Pacifique en renforçant les ripostes communautaires au sida.

    Cette subvention a permis à des organisations communautaires dirigées par des personnes vivant avec le VIH au Bangladesh, en Indonésie, au Laos, au Népal, au Pakistan, aux Philippines et au Viet Nam de plaider pour leurs besoins auprès des responsables de la santé, ce qui a entraîné des changements d’orientation basés sur des éléments concrets. L’organisation a également développé une base de données régionale afin de documenter, suivre et défendre leurs intérêts sur des questions relatives à l’accès aux traitements pour les personnes vivant avec le VIH.

  • Investir dans les populations-clés

    Le Fonds global reconnaît qu’il peut exister des lacunes en matière de connaissances, de données ou de compétences au niveau national qui risquent de rendre la participation des populations-clés plus difficile. Nous avons donc mis sur pied une initiative spéciale afin que les réseaux et les organisations de populations-clés bénéficient de l’assistance technique requise pour pallier ces lacunes.

    Cette assistance technique est apportée aux organisations de la société civile afin de les aider à prendre part au dialogue au niveau du pays, à l’élaboration de la note conceptuelle et à l’établissement de la subvention dans le cadre du processus de financement du Fonds mondial.

    Les réseaux de la société civile peuvent également bénéficier de cette assistance technique pour renforcer leurs capacités à long terme.

    En s’appuyant sur un partenariat avec le Robert Carr Civil Society Networks Fund, l’Initiative spéciale relative à la communauté, aux droits ou au genre a financé huit réseaux régionaux et mondiaux de populations-clés afin d’encourager leurs circonscriptions respectives à participer aux processus mis en œuvre par le Fonds mondial au niveau national. Les bénéficiaires incluent des réseaux de professionnels du sexe, de transgenres, de consommateurs de drogues par injection, d’hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, de jeunes issus des populations-clés ainsi que de personnes vivant avec le VIH, dont des femmes. En janvier 2016, près de 5 millions de dollars US avaient été engagés sur une période de deux ans pour financer des activités dans plus de 40 pays et chacune des régions du portefeuille du Fonds mondial.

    Par ailleurs, en juin 2013, le Fonds global a lancé un projet pilote consacré aux populations-clés touchées à l’usage des instances de coordination nationale. Ce projet pilote a octroyé des financements à des instances de coordination nationale dans dix pays à l’appui d’un plus grand engagement des populations-clés et des personnes vivant avec les maladies dans les processus de financement. Le Conseil international des ONG de lutte contre le sida (ICASO) a réalisé une évaluation indépendante du projet pilote, laquelle peut être consultée sous la rubrique « Ressources y afférentes ».

    “Les normes sociétales en matière de genre conditionnent fortement la capacité des femmes, des hommes, des transgenres et des adolescents à accéder aux services et informations sur le VIH, en plus d’affecter leurs attitudes et leur comportement sexuel ”
    Setia Perdana - Fokus Muda - Forum indonésien des jeunes populations-clés touchées, Indonésie - W4GF
  • Les outils spécifiques aux programmes ciblant les populations-clés

    Le Fonds mondial investit 6 millions de dollars US au cours de la période 2014-1016 afin de financer de nouvelles approches permettant d’estimer la taille des populations-clés et réaliser une cartographie des programmes dans 16 pays. Ces estimations doivent prendre en compte les droits de l’homme, l’éthique et la participation significative des communautés. De meilleures estimations de la taille de la population permettront d’améliorer la conception des programmes.

    Des travaux sont par ailleurs en cours pour analyser la quantité ainsi que la qualité des facteurs engendrant une augmentation ou une diminution des ressources investies dans les programmes ciblant les populations-clés dans le portefeuille de subventions du Fonds mondial.